1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2023-11-12 | Readers 914 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

4-Eliminer les obstacles qui empêchent de tirer profit du noble Coran (2)


IV/Des règles de conduite morales concernant la Récitation

4-Eliminer les obstacles qui empêchent de tirer profit du noble Coran (2)

Après avoir vu la première règle de conduite à suivre en lisant le noble Coran pour pouvoir profiter de ses bénédictions – celle de le magnifier – et aperçu sa grandeur sous l’ensemble de ses côtés, l’imam al-Khomeynî(qs) va indiquer une seconde règle importante qui est d’éliminer les obstacles qui empêchent de tirer profit du noble Coran. Les obstacles sont nombreux, l’imam(qs) va en citer cinq, les plus importants. Voici le début du 2e voile, celui des avis corrompus.

2-Le voile des avis corrompus

Parmi les voiles, celui des avis corrompus, des voies et écoles erronées, qui proviennent parfois d’une mauvaise disposition de la personne, mais la plupart du temps du suivi et de l’imitation. Il fait partie des voiles qui nous voilent de façon particulière des connaissances du Coran.

Par exemple, si se sont ancrées dans nos cœurs, des croyances, des convictions du simple fait d’avoir entendu du père, de la mère ou de quelque ignorant à la tribune, cette croyance est un voile entre nous et les nobles versets divins.

Si mille versets ou propos rapportés sont rapportés qui contredisent cette conviction, soit nous les dévions de leur [sens] apparent [c’est-à-dire en disant qu’ils veulent dire autre chose], soit nous ne les regardons pas en vue de les comprendre.

Et les exemples sur ce qui revient aux croyances et aux connaissances sont nombreux.

Je me garderai bien de les énumérer parce que je sais que ces voiles ne se déchirent pas par la parole de quelqu’un comme moi. Je vais cependant en indiquer un, à titre d’exemple, en tant que c’est plus facile pour comprendre, de façon globale.

[L’exemple cité concerne] ces nombreux versets et propos rapportés qui reviennent à la rencontre et à la connaissance de Dieu, ainsi que ces nombreuses indications, allusions et déclarations claires dans les invocations et les entretiens intimes des Imams(p). S’ils s’opposent à cette croyance, comme quoi le chemin de la connaissance de Dieu est totalement clos – croyance née chez les gens ‘généraux’ (ou communs) [ignorants] en ce domaine, du fait qu’ils ont comparé la porte de la connaissance de Dieu et de la vision de Sa Beauté à celle de la réflexion sur l’Essence divine, considérée comme interdite, voire impossible, qu’ils ont répandue par la suite – alors, ceux-là [qui ont des avis corrompus] soit ils les interprètent et les orientent à leur façon, soit ils ne s’engagent pas du tout dans ce domaine, n’ouvrant pas à eux-mêmes [se privant de] ces connaissances qui font la joie des (yeux des) Prophètes et des Proches Elus.

Ce qui afflige profondément les Gens de Dieu, c’est que ceux-là [aux croyances erronées] ferment aux gens une porte de la connaissance dont on peut dire qu’elle est la finalité de l’envoi des Prophètes et le terme demandé par les Proches Elus – au point qu’en parler est considéré comme pure incroyance et franche hérésie ! – Ils mettent sur le même plan les connaissances des Prophètes et des Proches Elus concernant l’Essence de Dieu (al-Haqq), qu’Il soit Exalté, Ses Noms et Ses Attributs et celles des gens communs et des ‘bonnes femmes’ !

Parfois même, il apparait de ceux-là [qui ont des croyances erronées] des choses plus grandioses que cela. L’un d’entre eux dit : « Un tel a de bonnes croyances communes [simplettes],si seulement nous avions de telles croyances communes ! ». Et ce propos lui convient parce que ce malheureux qui prononce de tels propos a égaré les croyances générales et voit les connaissances des « particuliers » et des Gens de Dieu comme nulles ! Son souhait est exactement ce que souhaitent les incroyants dont Dieu parle dans le noble verset divin : {..et l’incroyant dit : Ah ! Si seulement j’étais poussière !}(40/78 an-Nabâ’)(1)

Al-Adab al-Ma‘nawiyyah li-s-Salât de l’Imam al-Khomeynî(qs)

Maqâlat 3 – Chapitre (Bâb) IV Flambeau 1 section 4 (pp206-208)

(1)40/78 an-Nabâ’– وَيَقُولُ الْكَافِرُ يَا لَيْتَنِي كُنتُ تُرَابًا 40

www.lumieres-spirituelles.net     No125 – Jumâdî I & II 1445 – Nov.Décembre.Janv. 2024


Articles précédents:

1446 (2024-2025)

1445 (2023-2024)

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)